DPC

Profitez de votre venue à MEDCONNECT pour vous former grâce à nos sessions DPC.

Les formations seront assurées par GRESMO Formation (groupe de recherche et d’enseignement sur les maladies métaboliques et l’obésité) en partenariat avec le CMNFIS. Cet organisme de formation est enregistré auprès de l’ANDPC.

Nous vous proposons bien sûr une formation dédiée à l’éducation thérapeutique mais également une formation spécifique à la pratique de la télémédecine ainsi qu’une session dédiée à l’obésité, diabète et troubles du comportement alimentaire.

DPC ETP

Dans le cadre de l’accompagnement du patient dans la gestion de sa maladie chronique, cette formation de sensibilisation à l’ETP vous permettra d’appréhender les grands principes de l’éducation thérapeutique.

DPC Télémédecine (formation pratique)

La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle met en rapport, entre eux ou avec un patient, un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figure nécessairement un professionnel médical (médecin, sage-femme, chirurgien-dentiste) et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs soins au patient. La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance fondée sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication définie légalement. L’article 78 de la loi n°2009-879 du 21 juillet 2009 dite « HPST » (hôpital, patients, santé et territoires) définit pour la première fois la télémédecine (art. L6316-1 du code de santé publique). Cinq actes de télémédecine sont ensuite définis dans le décret n°2010-1229 du 19 octobre 2010 ainsi que leurs conditions de mise en oeuvre. D’autres textes et guides de bonnes pratiques (Loi du 6 janvier 1978 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, Guide HAS, Politique Générale de Sécurité des Systèmes d’Information de Santé – PGSSI-S – etc.) viennent encadrer cette pratique médicale pour assurer la qualité et la sécurité des soins et des échanges. Mais comment se développe t-elle dans la « vraie vie  » ? Comment pouvons nous améliorer le maillage territorial, jusqu’où les professionnels de santé et les patients peuvent aller ?

DPC Obésité, diabète et TCA

Le terme obésité, à l’image de ce qu’il désigne, s’est lui aussi étoffé pour se parer du pluriel. Si tous les spécialistes se sont entendus pour considérer qu’il fallait désormais évoquer « les obésités », c’est qu’il y a autant de facteurs, de risques associés, d’histoires que de personnes qui en souffrent. C’est ainsi que le terme « hyperphagie boulimique » a fait son apparition dans le fameux manuel diagnostique DSM (V) en 2015, aux côtés de l’anorexie et la boulimie. La prise en charge des TCA  était jusqu’alors bien documentée pour ces 2 vedettes des TCA, mais très peu pour les désordres alimentaires qui touchent certaines personnes en situation d’obésité. Seule une minorité d’entre elles souffrant de boulimie (43,2%) ou d’hyperphagie boulimique (43,6%) est ainsi soignée pour ces affections. L’hyperphagie boulimique se caractérise par des épisodes récurrents de crises de boulimie, sans comportement compensatoire. L’apport excessif de calories lors de ces crises explique que les personnes hyperphagiques soient généralement en surpoids ou obèses. (HAS, 2015). Ainsi, l’hyperphagie boulimique toucherait 0,7% des femmes en population générale et 9 à 15% des femmes consultant pour surpoids.